Argent

Actifs tangibles : Pourquoi pas l'art comme placement ?

Bien plus sécuritaires et profitables que les produits financiers durant les crises, les actifs tangibles sont des alternatives tout à fait fiable et flexibles pour tout budget. Un actif est qualifié comme étant tangible quand il est physique ou matériel. Il s’agit d’un bon outil en temps de crise, dans un contexte où ils n’ont pas de rapports directs avec les marchés financiers. Ces actifs augmentent en valeur au fil du temps mais sa valeur reposera sur d’autres paramètres dont la rareté. Pour beaucoup d’investisseurs, c’est un bon moyen de diversifier le portefeuille patrimonial.

On peut acheter des actifs tangibles en direct. On peut tout autant les maintenir soi-même, ou recourir l’aide d’une société spécialisée, dans le but de les revendre dans le futur. C’est dans l’éventualité qu’ils auront pris en valeur. Parmi la sélection des meilleurs actifs tangibles du moment, investir dans l’art, est une pratique vue très positivement ces dernières années. Il possède en outre une fiscalité très intéressante.

L’art : Un domaine de plus en plus démocratique

Investir dans l’art est une pratique moins exclusive . Selon Widewalls, le bilan chiffré affiche des ventes dépassant facilement le barème des 60 milliards de dollars à l’échelle mondiale. Les ¾ des collectionneurs et autres acheteurs le considère comme un placement plaisir. la réalité demeure tout de même qu’ils maintiennent des perspectives de rentabilité.

Néanmoins, ce domaine n’est pas exclusive aux amateurs du genre. Bon nombre d’agents externes s’y intéressent , et ce étant donné les différents bénéfices. Certains individus y voient un intérêt stratégique. Contrairement aux actions et obligations, le prix d’une oeuvre n’est guère impacté par les résultats des marchés. L’actif ne connaît pas de réelles menaces en cas de défaillance de ces derniers. Dans le pire scénario, il faudra tout simplement identifier le bon acheteur.

Historiquement, le domaine de l’art évolue bien durant les tendances inflationnistes. D’une certaine façon, cela peut être même vu comme volontaire, étant donné sa perception comme produit anti-crise. Le domaine de l’art comporte également un aspect prestigieux du fait de pratiquer sa collection. Cette dimension culturelle ne peut être reniée. Elle évolue différemment des tendances du marché. Les plan de gestions préconisent de plus en plus l’addition d’oeuvres d’art dans son patrimoine. Il tourne souvent autour des 5-7% de l’ensemble du portefeuille patrimonial.

Investir dans l’art : Pour qui ?

Les plans d’investissement peuvent prendre différentes formes. Le choix dépendra entièrement de votre profil d’investisseur. Horizon de placement et tolérance aux risques seront important à déterminer. Si vous cherchez par exemple à développer votre collection sans trop utiliser le capital disponible, vous pouvez miser par exemple sur les artistes émergeants. L’achat et la rétention d’oeuvres, en attendant qu’elles accumulent de la valeur, est une autre stratégie, basée sur le long terme. La liquidation d’une collection nouvellement acquise est finalement un autre plan, davantage focalisé sur le court terme.

Actus finance

  1. 18 Déc. 2018Faut-il financer ou investir dans un projet ?137
  2. 9 Janv. 2018Nos propositions pour vous aider à vous en sortir financièrement1027
  3. 15 Déc. 2017Faire des placements défiscalisants est une bonne solution469
  4. 26 Nov. 2017Quel credit choisir quand on est pressé?631